EFI : European Forest Institute
Support EFIATLANTIC
Pinède
Le réseau pour la gestion durable des forêts cultivées.

français espagnol portugais english
IEFC - Lettre - Article n° 69

Lettre IEFC

Article 68 - Article 69 - Article 70

Article posté par:S. Pelletier [2009-02-19 00:00:00]

Passage de la tempête Klaus en Aquitaine: chiffres et premières mesures

La tempête Klaus qui a balayé le sud ouest de l'Europe entre le 23 et le 24 janvier 2009 a causé de nombreux dommages et pertes principalement en Espagne et en France. Dans les forêts de Galice, les vents ont essentiellement touché les plantations de pin radiata dans le nord et sur la côte. Ailleurs, la tempête n'aurait causé que des dégâts épars en forêt, et s'est surtout traduite par des précipitations importantes (article El Correo Gallego).

En France, la tempête s'est abattue sur l'Aquitaine dans la nuit du 23, causant des dégâts considérables au massif forestier des Landes de Gascogne, dans un contexte de crise économique et financière planétaire particulièrement sensible au niveau de la filière forêt-bois régionale. Quelques semaines après l'événement, l'heure est à la gestion opérationnelle et à la mise en oeuvre d’un plan d’urgence pour la filière pin maritime, au bilan, à la reconstruction et à la recherche de solutions durables pour limiter des conséquences similaires dans l'avenir.

Premiers chiffres et premières mesures

En Aquitaine, les zones forestières les plus touchées sont le Sud-Gironde et les Landes. Les estimations issues de reconnaissance aérienne et de retour sur points d'inventaire présentent des dégâts estimés à 42,3 millions de m3, dont 88% serait du pin maritime. La moitié des dégâts concerneraient des gros à très gros bois (>37,5 cm de diamètre) (derniers chiffres IFN).
On compte des dégâts de l’ordre de 590 000 hectares pour le massif des Landes de Gascogne (monoculture de Pinus pinaster), et de 147 000 hectares en Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon. Les dommages sur la peupleraie du Lot-et-Garonne ont été évalués à 500 et 800 000 m3 sur la vallée de la Garonne.
L’ARDFCI a de son côté comptabilisé 20 000 km de pistes encombrées soit la moitié du réseau. Parmis les secteurs touchés on compte également l'agriculture avec notamment l’aviculture et les fruits et légumes, pour un montant de 100 M € d'après la Chambre régionale d’agriculture.

En forêt, le dégagement des voies est prioritaire afin de permettre l'accès aux parcelles et limiter le risque d'incendie. Un plan d'urgence de formation des agents a dû être mis en place pour éviter des accidents post-tempête, déplorés en 1999.
Selon l'interprofession, les 2 priorités sont à la mobilisation et la conservation des bois : il faut à la fois limiter les pertes des sylviculteurs par une indemnisation basée sur la valeur des bois, exploiter les bois sinistrés et préparer l’avenir (stockage et accompagnement pour l'adaptation des entreprises à l’exploitation et la valorisation des chablis, et reconstitution de la forêt). L'objectif des professionnels est un stockage de 10 millions de m3, avec un coût total estimé à 20 €/m3 (investissements- fonctionnement).
Source: Réunion Tempête 09/02/2009 Préfecture

Appui à la reconstruction

Michel Barnier, Ministre de l’agriculture et de la pêche, a présenté des mesures de soutien pour l’ensemble du territoire rural sinistré par la tempête. Pour faire face aux difficultés économiques rencontrées par les sylviculteurs et pour reconstituer le potentiel forestier, un « plan chablis 2009 » est mis en œuvre grâce à une enveloppe globale de plus d’un milliard d’euros.
500 millions d’euros de garanties publiques doivent permettre de mobiliser des prêts bonifiés destinés à sortir le bois des parcelles sinistrées et au stockage, 60 millions d’euros sont alloués pour 2009 à la constitution de plateformes de stockage et au transport longue distance du bois, et 300 millions d’euros seront consacrés entre 2009 et 2017 à la reconstitution de boisements. L’Etat prendra totalement en charge du chômage partiel dans les neuf départements sinistrés.
Ce plan élaboré en concertation avec l’ensemble des professionnels de la filière bois devra faire l’objet d’une présentation à la commission européenne. (Source: rectificatif communiqué du Ministre de l’agriculture et de la pêche). Le Premier Ministre a en outre annoncé une série de mesures fiscales exceptionnelles pour les sylviculteurs et la filière-bois en cours de cadrage.

Par ailleurs, un décret de la préfecture d'Aquitaine présente une aide exceptionnelle au déblaiement des routes et pistes forestières, à la réouverture des réseaux de fossés et à la reconstruction des infrastructures de DFCI (Décret). La région Aquitaine soutient également la mobilisation et la formation d'équipe professionnelles pour le dégagement des pistes (Communiqué de presse).
Toutes les informations officielles concernant la tempête sont centralisées sur le site de la DRAF de l'Aquitaine.

La recherche de solutions durables

Marion Guillou, la Directrice générale de l'INRA, en visite au centre Bordeaux-Aquitaine le 13 février, a annoncé que l'INRA organisera avec les partenaires régionaux des rencontres recherche-acteurs de la filière autour du thème "Sylviculture et Tempête", sous forme d'un "Carrefour de l'Innovation Agronomique » (www.inra.fr/ciag) sur l’Aquitaine . L'objectif est d'aboutir à un ensemble de projets de recherche-développement et de recommandations sur les pratiques sylvicoles permettant de limiter l'impact des tempêtes sur la forêt cultivée.

La violence de cette tempête et ses conséquences pour la forêt atlantique vient également justifier avec force le lancement, en ce mois de février 2009, d’EFI ATLANTIC et du projet Interreg «REINFFORCE» (2009-2013) qui concerne l’adaptation des forêts atlantiques aux risques climatiques.