EFI : European Forest Institute
Support EFIATLANTIC
Pinède
Le réseau pour la gestion durable des forêts cultivées.

français espagnol portugais english

FORSEE : Indicateur évalué

Indicateur 4.1 : Composition en essences forestières
Surfaces par type forestier et nombre d’essences

Coût

Zone d’étude :Nezer, Pontenx, Biscarosse, Bray soit 145 placettes

Prix :

- Coût/ha : 0,136 €

Ces coûts comprennent :

Traitement des données : 34€
Achat photo (par km²) = 13,28 €

Résultats

graf1

Moyenne des surfaces par type forestier (bois de feuillus ou plantations de pin maritime) et par nombre d'essences forestières, pour les 4 paysages analysés (moyenne 4127ha) dans et autour de la zone pilote.

graf2

Proportions relatives des surfaces par type forestier (bois de feuillus ou plantations de pin maritime) et par nombre d'essences forestières, pour les 4 paysages analysés dans et autour de la zone pilote.

graf3

Richesse spécifique (nombre moyen d'espèces/bois) pour 4 groupes taxinomiques en fonction du nombre d'essences forestières dans les bois de feuillus.

graf4

Nombre moyen d'espèces caractéristiques des bois de feuillus avec 1 ou 2 essences en mélange, des bois de feuillus avec 3 ou 4 essences en mélange, ou également présentes dans les deux types de bois de feuillus (généralistes), pour 4 groupes taxinomiques.

Commentaires

Le nombre total d'essences forestières par parcelle dépasse rarement le nombre de 4, même pour les boisements de feuillus. Il s'agit essentiellement du pin maritime (90% de la surface totale), des chênes indigènes (pédonculé, tauzin, vert et liège), ainsi que du bouleau.

Les plantations de pin maritime sont à majorité pures alors que les bois de feuillus sont des forêts mixtes avec, le plus souvent, 2 à 3 essences en mélange.

La richesse spécifique des 4 groupes taxinomiques inventoriés semble systématiquement augmenter avec le nombre d'essences forestières en mélange dans les bois de feuillus mais ces différences ne sont significatives que pour les plantes vasculaires.

Il n'existe pas d'espèces caractéristiques permettant de distinguer les bois de feuillus en fonction de leur nombre d'essences forestières.

Problématique et amélioration

Il semble que le nombre d'espèces (la richesse spécifique) augmente bien avec le nombre d'essences forestières mais il n'apparaît pas que des espèces particulières soient caractéristiques du nombre d'essences dans un type forestier donné. Le plus vraisemblable est donc qu'un certain nombre d'espèces soient associées à une essence particulière et que l'addition d'essences forestières produise le cumul des espèces animales ou végétales associées. Ce ne serait donc pas tant le nombre que l'identité des essences forestières qui favorise le plus la biodiversité associée aux forêts mixtes. En augmentant le nombre d'essences on augmenterait finalement la chance d'associer deux essences aux faunes et flores associées différentes et complémentaires. Ce processus souligne donc l'intérêt qu'aurait une mesure qualitative des mélanges d'essences, en complément du simple nombre d'essences. On pourrait par exemple proposer le nombre d'essences de genres différents (il est très probable que la biodiversité d'une forêt associant pins et chênes sera plus riche que celle associant pins et épicéas, elle-même plus riche que celle associant pin maritime et pin noir, par exemple).

Conclusion

Le nombre d'essences par peuplement est un indicateur facile à renseigner par observation directe dans le peuplement. Il n'existe pas encore de moyens fiables et précis d'évaluer ce nombre par télédétection.

Il existe une relation positive entre le nombre d'essences forestières dans un peuplement et le nombre d'espèces animales et végétales associées.

Cet indicateur n'est cependant pas pertinent pour les types forestiers présentant une faible variation du nombre d'essences par peuplement, comme les forêts de plantation par exemple. De même le nombre d'essences forestières ne semble pas apporter d'indication utile sur l'originalité des assemblages d'espèces associées.

Pour améliorer cet indicateur indirect de la biodiversité, fondé sur la composition en essences, nous proposons donc d'utiliser le nombre de types forestiers (définis par Eunis par exemple) et le nombre d'essences de genre différents par type forestier.

Logo IEFCinra
Projet cofinancé par l'Union Européenne
Initiative Communaitaire FEDER
INTERREG IIIB Espace Atlantique