EFI : European Forest Institute
Support EFIATLANTIC
Pinède
Le réseau pour la gestion durable des forêts cultivées.

français espagnol portugais english

FORSEE : Indicateur évalué

Indicateur 4.5 : Volume de bois mort
m3/ha

Coût

Zone d’étude : Pontenx, soit 145 placettes

Prix :

- Total : 62 € (par placette) et (10,3 € uniquement pour le bois mort d’un diamètre > 2,5cm)

Ces coûts comprennent :

Travail de terrain pour 145 placettes = 8 990 €

Travail de terrain pour 145 placettes mais avec un échantillonnage des pièces de bois mort au sol d’un diamètre > 2,5 cm = 1 500 €

Résultats

Volume moyen (m3/ha) de bois mort sous forme de chandelles (volis), de souches (résidus de coupe) ou de pièces de bois sur le sol (branches, rameaux…) dans 140 plantations de pin maritime.

graf1

Relation entre la richesse spécifique (nombre moyen d'espèces) de coléoptères saproxyliques et le volume total de bois mort dans 40 plantations de pin maritime.

graf2

Commentaires

Le volume de bois mort total dans les plantations de pin maritime est loin d'être négligeable puisqu'il représente en moyenne 18 m3 / ha. Il est composé à 90% de pièces de bois couchées sur le sol (rameaux, branches et troncs) et à 10% de souches ou de chandelles. Environ la moitié du volume des pièces de bois mort au sol sont de petite dimension, d'un diamètre inférieur à 5cm.

D'après la littérature scientifique, environ 25% des espèces forestières dépendent du bois mort. Ce sont essentiellement des champignons lignivores et des coléoptères saproxyliques. A l'aide de pièges à interception, nous avons collecté les insectes volant dans 40 plantations de pin maritime. Après identification, nous avons déterminé le nombre d'espèces de coléoptères saproxyliques dans chaque échantillon. Cette richesse spécifique apparaît comme très significativement corrélée, et de façon positive, avec le volume total de bois mort.

Problématique et amélioration

Il peut se révéler long et fastidieux d'échantillonner tous les types de bois mort (pièces de bois couchées, souches et chandelles), de mesurer leur dimension pour évaluer un volume et de caractériser leur état de décomposition (voir protocole Forsee). Nous avons donc cherché à simplifier ces mesures. Pour cela nous avons détaillé la mesure du volume total de bois mort en mesures de volume élémentaire pour chaque type de bois mort, chaque classe de diamètre et chaque classe de décomposition. Nous avons ensuite utilisé un modèle de régression multiple pour identifier les corrélations significatives entre la richesse en espèces de coléoptères saproxyliques et les différentes mesures de volume de bois mort. En éliminant les mesures non corrélées à la richesse spécifique, nous obtenons un modèle simplifié ne prenant en compte que les mesures les plus pertinentes. Ce modèle "parcimonieux" ne retient que les pièces de bois couchées sur le sol (l'effet des souches et des chandelles est donc négligeable), de diamètre supérieur à 2,5cm (le volume des pièces de diamètre inférieur n'expliquent donc pas la richesse en coléoptères saproxyliques) et en phase de décomposition (les pièces récemment coupées n'abritent pas encore d'insectes).

graf3

Relation entre la richesse spécifique (nombre moyen d'espèces) de coléoptères saproxyliques et le volume des pièces de bois mort au sol; au stade de décomposition et de diamètre supérieur à 2,5cm, dans 40 plantations de pin maritime.

Conclusion

Le volume de bois mort par hectare se révèle donc un indicateur pertinent pour la biodiversité puisqu'il explique de façon significative la richesse spécifique d'un groupe taxinomique, les coléoptères saproxyliques, qui représentent une part importante de la diversité forestière animale. Cette relation positive et significative valide a posteriori la qualité du protocole d'échantillonnage du bois mort au sol élaboré lors du projet Forsee. Le résultat des analyses de données nous permet de proposer un indicateur indirect tout aussi prédictif mais simplifié, fondé sur l'estimation du volume des pièces de bois mort couchées sur le sol, de diamètre supérieur à 2,5cm et en état de décomposition.

La courbe de régression entre la richesse spécifique des coléoptères saproxyliques et le volume de bois mort ne présente pas de point d'inflexion. Il n'est donc pas possible de définir, et a fortiori de recommander, un seuil minimal de volume de bois mort au sol pour la préservation de la biodiversité dans les forêts de plantation de pin maritime.

Logo IEFCinra
Projet cofinancé par l'Union Européenne
Initiative Communaitaire FEDER
INTERREG IIIB Espace Atlantique