EFI : European Forest Institute
Support EFIATLANTIC
Pinède
Le réseau pour la gestion durable des forêts cultivées.

français espagnol portugais english

FORSEE : Indicateur évalué

Sous-indicateur : Taux de coupes rases

Coûts

Zone pilote :

98 000 ha

Prix :

- Total : 4 341 €

- Marginal :

4 341 €

- Partagé : 0 €

Coût/ha : 0,04 €

Les coûts comprennent :

Coût personnel : 2 200 €
Achat données IFN : 1 000 €
Achat données IGN : 1 100 €
Maintenance informatique : 41 €

Résultats

table1

Commentaires

Les données détenues par l’INRA et auxquelles nous avons eu accès dans le cadre de ce projet, ne prenaient pas en compte toute la zone de Pontenx (cf carte). L’indicateur n’a donc pas pu être calculé pour toutes les unités considérées. Cependant ces données devraient maintenant être disponibles dans le cadre de la diffusion des données de l’IFN.

Le taux le plus conséquent des taux calculés est de 7%, ce qui est à comparer à la moyenne de 4,7 % sur le massif forestier donné par l’IFN (avant tempête 99). On constate une différence notable entre les données recueillies à l’échelle du massif forestier et les données résultant de photo-interprétation (cas du Tagon, 1,8% au lieu de 2,9 %).

Problématique et améliorations

Les coupes rases ont pour conséquence directe la diminution de l’effet structurant et drainant du sol par le système racinaire dense et profond des arbres qui favorisent l’érosion et le ruissellement. Les travaux de JC Chossat sur le bassin du Tagon ont montré une augmentation significative de la conductivité hydraulique sous parcelle de coupe rase.

Différents facteurs dégradent la capacité d’infiltration du sol après une coupe rase :

- Disparition de l’effet « amortissant » du couvert boisé, les gouttes arrivant directement sur le sol, rebondissant et écorchant sa surface.

- Augmentation du ruissellement en cas de précipitations.

- Tassement du sol par les machines lors des travaux d’exploitation

- Erosion et lessivage de la couche supérieure (organique) du sol

- Diminution de l’effet structurant et drainant du sol par les racines des arbres

De plus, par l'effet d'un apport accru de lumière et de précipitations, les coupes rases conduisent à une minéralisation de l'humus et à une nitrification excédentaire marquée

L’Inventaire forestier national (IFN) a mis au point avec l’appui technique de l’INRA en particulier un outil de suivi de la gestion durable et de la ressource en pin maritime dans le massif landais d’Aquitaine. Les bases de données cartographiques et dendrométriques de l'IFN constituent le socle initial de cet outil basé sur l’exploitation d’images satellitaires pour la cartographie de coupes rases, mode de récolte dominant, et sur l’utilisation d’un modèle de croissance. La superposition des cartes ainsi produites avec la couverture des placettes d’inventaire permet d’évaluer la répartition des coupes rases par classe d’âge. Ces données qui pourront être mise à disposition régulièrement par l’IFN pourraient donc nourrir un indicateur « coupes rases » qui ne serait pertinent à considérer que dans le cas d’un calcul pour toutes les unités hydrographiques.

Commentaires et conclusion

Les périodes de coupes rases, et dans une moindre mesure les éclaircies restent des périodes sensibles pour les transferts de nutriments vers les eaux : cet effet sur la ressource en eau est difficile à mettre en évidence, sauf exceptionnellement lorsque de grandes zones d’un bassin sont concernées. Un indicateur relatif aux taux de coupes rases doit donc être interprété comme un complément aux précédents : il faut également pouvoir disposer des données sur toutes les unités hydrographiques considérées.

Logo IEFCcemagref
Projet cofinancé par l'Union Européenne
Initiative Communaitaire FEDER
INTERREG IIIB Espace Atlantique