EFI : European Forest Institute
Support EFIATLANTIC
Pinède
Le réseau pour la gestion durable des forêts cultivées.

français espagnol portugais english

FORSEE : Indicateur évalué

Indicateur 5.1.2 : Pourcentage de surface du bassin versant couvert par la forêt et type de couverts forestiers

Coûts

Zone pilote :

98 000 ha

Prix :

- Total : 4 341€

- Marginal :

2 241 €

- Partagé :

2 200 €

Coût/ha : 0,04 €

Les coûts comprennent :

Coût personnel : 2 200 €
Achat données IFN : 1 000 €
Achat données IGN : 1 100 €
Maintenance informatique : 41 €

Résultats

graf1

Commentaires

Même si la proportion de forêt varie d’un bassin à l’autre (de 63 à 95 %), tous les bassins peuvent être qualifiés de « forestier » par comparaison à d’autres régions françaises. Cependant, si nous les comparons entre eux, nous pouvons distinguer des bassins purement forestiers et des bassins mixtes (forestiers et agricoles). Le Pin Maritime représente toujours plus de 90% de la surface forestière, même jusqu’à 98% pour le bassin de Canteloup-Latapy, (en regroupant sous l’appellation «pin maritime » les classes IFN suivantes : futaie de pin maritime, jeune futaie de PM, futaie d’âge moyen de PM, vieille futaie de PM, forêt ouverte de PM, Pin maritime hétérogène et taillis qui sont toute des classes composées exclusivement de Pins maritimes). On observe ensuite une différence notable, en termes de résultats, entre les données de l’inventaire forestier et les observations terrains (pour le bassin du Tagon où ont été effectuées des relevés sur les parcelles). La couverture est beaucoup moins dense d’après les observations terrain. Enfin, la proportion de jeunes forêts est plus importante sur les bassins de la zone Pontenx.

Problématique et améliorations

Le rôle de la forêt dans la régularisation de l’écoulement (production hydrique du bassin) et la filtration de l’eau par le maintien de la perméabilité du sol justifie le calcul d’un tel indicateur par rapport à la thématique de la protection des ressources en eau. Pour renseigner cet indicateur, nous avons utilisé les données de l’Inventaire Forestier Nationale (IFN) ainsi que les données de l’Agence de l’Eau concernant le découpage hydrographique de la zone Pontenx en sous unités hydrographiques.

Un des paramètres qui nous intéresse dans le cadre de la problématique de l’érosion hydrique des sols est la faculté de la couverture forestière à protéger de l’impact direct de la pluie. Pour évaluer la densité de couverture, nous avons regroupé la part des forêts fermées, des forêts ouvertes et des jeunes forêts dans la forêt totale par bassin Outre le pourcentage de forêt total ainsi que les pourcentages des différents types de forêt au sein d’un bassin, il pourrait être intéressant de regarder la distribution spatiale des forêts au sein d’un bassin. La visualisation sur carte permet d’évaluer visuellement si les forêts sont d’un seul tenant ou plutôt morcelées. La comparaison entre les différentes entités spatiales étudiées pourrait passer par la mise en place d’un indicateur de morcellement du couvert forestier. Comme elle constitue un indice des perturbations humaines en général, la densité des réseaux routiers représente une mesure du morcellement de la forêt. Toutefois, les routes ne sont pas la seule cause de morcellement forestier : les lacs, les cours d'eau et les perturbations naturelles à grande échelle, comme le feu, en sont aussi responsables. Des indicateurs de morcellement ont été calculés au Canada (cadre processus de Montréal).

Aujourd’hui, l’IFN procède à l’inventaire selon un sondage spatial systématique sur l’ensemble de la France. Cette nouvelle méthode permet de disposer de résultats nationaux annuels et d’élaborer plus aisément des statistiques pour diverses entités géographiques (région, parc régional, région forestière nationale...) ce qui paraît une amélioration pour le calcul de cet indicateur.

Commentaires et conclusion

La forêt de Pin maritime telle qu’elle est exploitée actuellement exerce bien un rôle régulateur par la surface qu’elle occupe : en effet, aucune activité n’est génératrice de flux de nutriments (N, P) à un niveau plus bas que la forêt. Il est donc essentiel pour la ressource en eau de maintenir une surface forestière suffisante par unité hydrographique et de surveiller autant que faire se peut le maintien l’évolution des peuplements et des pratiques. Compte-tenu de la disponibilité des données, cet indicateur est à calculer en fonction des mises à jour des inventaires forestiers ( plus facile dans le cadre du système en vigueur actuellement).

Logo IEFCcemagref
Projet cofinancé par l'Union Européenne
Initiative Communaitaire FEDER
INTERREG IIIB Espace Atlantique