Common Forest Pests and Diseases in Europe - Pin-I-14

Hylobe du pin

Hylobius abietis (L) (Coleoptera, Curculionidae)
Grand charançon du pin

Arbres hôtes

Toutes les espèces de pin (Pinus), le sapin de Douglas (Pseudotsuga) et les épicéas (Picea).

Identification

  • Présence de zones écorcées et de traces de résine sur la tige et les branches des jeunes arbres (Photo 1).
  • Dépérissement ou mort de la partie de l´arbre située au dessus de la zone écorcée (Photo 2).
  • Présence au printemps et en été de grands charançons sur les arbres, notamment les jours nuageux. Ces insectes sont noirs avec des points de couleur crème, de 8 à 14 mm de long et possèdent un long rostre avec les antennes implantées à l´extrémité (Photo 3).
  • Deux autres espèces de charançons peuvent être trouvées sur les jeunes pins. Le pissode du pin, Pissodes castaneus (=P. notatus) est plus petit (6-9 mm de long), brun avec des marques blanchâtres et ses antennes sont implantées à la moitié du rostre. Brachyderes lusitanicus est également plus petit (7-11 mm de long) avec un corps plus ovale et brun. Son rostre est plus court et épais avec les antennes implantées à son extrémité.

Dégâts

  • Dégâts importants dans les très jeunes plantations et semis.
  • Les morsures d´alimentation sur écorce par les charançons peuvent entraîner la mort des jeunes plants.
  • Les principaux dégâts interviennent dans les deux années qui suivent le semis ou la plantation.
  • Diminution de la croissance et altération de la forme chez les arbres survivants.

Biologie

  • Une génération complète dure de un à deux ans.
  • Les adultes hivernent dans les souches fraîches, les arbres récemment abattus ou la litière. C´est lorsqu´ils s´alimentent sur les écorces fines des jeunes arbres, au début du printemps et à la fin de l´été, qu´ils commettent leurs dégâts.
  • Les œufs sont pondus à la base des souches fraîches ou des rondins dans lesquels se nourrissent les larves.

Facteurs de risque

  • Les jeunes plantations ou reboisements situés à proximité de coupes récentes ou de peuplements incendiés (où les adultes peuvent trouver davantage de sites de reproduction et d´hivernation) sont plus exposées au risque d´infestation.
  • Les plants de petite taille, affaiblis, conservés ou transportés dans des mauvaises conditions avant plantation sont plus sensibles aux attaques.

Méthodes de lutte

Suivi

  • Observation du nombre de jeunes arbres infestés.

Lutte préventive

  • Eliminer les sites de reproduction ou d´hivernation pour les adultes, comme les souches ou les rondins frais.
  • Différer d´au moins deux ans un reboisement après ou à proximité d´une coupe afin d´attendre que les rémanents deviennent impropres à la survie des larves.
  • En France les produits suivants sont homologués: le carbosulfan (application dans le trou de plantation) et la deltaméthrine (en pulvérisation ou trempage).

Lutte curative

  • Les jeunes plants peuvent être traités par pulvérisation de deltaméthrine.
Photo 1: Zone écorcée par les hylobes adultes.
Photo 2 : Jeune arbre attaqué montrant un dépérissement du houppier.
Photo 3 : Hylobe adulte.

Illustrations : María J. Lombardero


Back to the list