Common Forest Pests and Diseases in Europe - Pin-I-1

Lophyre du pin

Diprion pini (L) (Hymenoptera, Diprionidae)
Grand lophyre du pin

Arbres hôtes

Nombreuses espèces de pins, notamment le pin sylvestre (Pinus sylvestris).

Identification

  • Au printemps et au début de l´été, présence d´aiguilles couvertes d´une couche brune sur la face interne, servant à protéger les œufs (Photo 1).
  • De la fin du printemps à la fin de l´automne, colonies de larves ressemblant à des chenilles et se nourrissant en groupe aux dépens des aiguilles, sans tisser de nids. Ces larves sont jaune clair ou jaune- verdâtre, de 25 mm de long, avec deux rangées de points noirs et une tête rougeâtre (Photo 2 et 3). Elles prennent, lorsqu´elles sont dérangées, une position caractéristique en forme de S dressé.
  • En été, présence de cocons bruns de forme ovale parmi les aiguilles et les branches. De la fin de l´été au printemps suivant, les cocons se trouvent dans les anfractuosités de l´écorce au collet de l´arbre ou enfouis dans la litière (Photo 4).

Dégâts

  • Sévères défoliations réduisent la croissance de l´arbre.
  • Les défoliations et les dégâts sur pousse peuvent affaiblir l´arbre et augmenter le risque d´attaque par les insectes sous-corticaux (scolytes).
  • Les défoliations totales peuvent conduire à la mort des arbres affaiblis

Biologie

  • Deux générations par an, seulement une dans les zones de montagne.
  • Les adultes volent en printemps et à la fin de l´été.
  • Des rangées d´œufs sont pondus par les femelles dans des fentes aménagées sur la face interne des aiguilles, puis recouverte d´une couche qui brunit en durcissant.
  • Les larves sont grégaires, se nourrissent des aiguilles âgées ou de l´écorce des jeunes pousses. La seconde génération de larves peut se nourrir d´aiguilles de l´année.
  • La première génération de larves tisse des cocons parmi les aiguilles et les branches, celles de la seconde s´enfouissent dans le sol pour tisser des cocons qui hivernent.
  • Les cocons enfouis dans le sol entrent en diapause normale (quelques mois) ou prolongée (jusqu´à trois ans).

Facteurs de risque

  • Les peuplements jeunes et monospécifiques de pin sylvestre sont plus sensibles.

Méthodes de lutte

Suivi

  • A l’étude: utilisation de pièges à phéromone pour suivre l’évolution des populations

Lutte préventive

Lutte curative

  • Aucun insecticide n´est homologué en France pour la lutte contre cet insecte en forêt. Après pullulation, les populations déclinent par manque de nourriture et sous l´action des ennemis naturels.
Photo 1: Couche brune, sur la face interne des aiguilles, recouvrant les oeufs.
Photo 2: Groupe de jeunes larves du lophyre du pin.
Photo 3: Larve du lophyre du pin.
Photo 4: Eonymphe en diapause dans son cocon.

Illustrations : 1 & 4: Juan Pajares; 2 & 3 : Unidad de Sanidad Forestal de Aragón.


Back to the list