Conférence finale SustForest+ : le gemmage a le vent en poupe – Institut Européen de la Forêt Cultivée
Articles Conférence finale SustForest+ : le gemmage a le vent en poupe

Conférence finale SustForest+ : le gemmage a le vent en poupe

Conférence finale SustForest+ : le gemmage a le vent en poupe

Le gemmage a le vent en poupe et le projet SustForest+ y a apporté un souffle nouveau. La réunion de clôture de ce projet européen Interreg-Sudoe a été organisée par l’Institut Européen de la Forêt Cultivée et le Centre Régional de la Propriété Forestière de Nouvelle-Aquitaine.

Conférence finale SustForest+ en novembre 2021

Elle s’est déroulée au cours du 9 et du 10 novembre 2021, au conseil régional de Nouvelle-Aquitaine à Bordeaux puis à l’INRAe de Cestas-Pierroton. Ces deux journées de partage de connaissances ont été suivies d’une visite de l’entreprise Biolandes qui produit de nombreuses huiles essentielles et extraits naturels aromatiques à Le Sen. Biolandes distille notamment la gemme récoltée par la société Holiste pour la production d’huile essentielle de pin utilisée en aromathérapie.

La conférence a été une occasion unique pour les personnes intéressées par le gemmage en France d’échanger avec des acteurs venus partager leurs expériences d’Espagne, du Portugal et du Brésil.

La conjecture du marché international de la gemme est très favorable au développement de ce secteur dans le monde et l’activité est à nouveau rentable dans le sud de l’Europe (voir la note de conjecture). Les besoins croissants de la Chine en résine ne pourront pas être comblés uniquement par l’augmentation de la production brésilienne de résine. La production de Tall oil, sous-produit de l’industrie papetière, est entièrement dépendante du développement de cette industrie et ne peut donc pas remplacer la production de gemme. Ces conditions ont conduit à une augmentation importante des prix de cette ressource sur le marché international. Si la Chine n’est pas en mesure de satisfaire ses besoins en résine en important de la gemme, alors elle se tournera davantage vers les résines d’hydrocarbures et augmentera sa production de produits pétro-sourcés. La stratégie européenne pour la bioéconomie, qui favorise le développement de la chimie bio-sourcée, pourrait également promouvoir davantage l’essor de la filière de la gemme, assurant en même temps son approvisionnement local en une matière première très polyvalente.

C’est dans ce contexte économique et social favorables qu’ont été réalisées les recherches menées dans le cadre du projet européen SustForest+. Au cours de la conférence, Ricardo Alia (INIA) a présenté une méthode de cartographie des zones à haut potentiel de production en gemme qui pourra permettre à l’avenir de cibler davantage les peuplements d’intérêt. L’amélioration génétique des peuplements pour la production de gemme est également l’une des pistes explorées par l’INIA et Ricardo Soares, venu du Brésil pour présenter son expérience dans le domaine de l’amélioration génétique. Dans ce pays, qui est le principal exportateur au monde, l’amélioration génétique a permis de doubler la productivité en gemme par arbre et d’augmenter grandement la rentabilité de l’activité. Cette amélioration est permise par la variabilité génétique de la production de gemme qui existe naturellement chez les pins. Par la suite, Morandise Rubini, de l’Université de Pau, a montré qu’il était possible de caractériser chimiquement la gemme en fonction de son origine géographique, de l’espèce de pin et de la technique de gemmage. La gemme de pin maritime des Landes présente des propriétés intéressantes avec une forte concentration en alpha-pinène et une teneur importante en térébenthine, liée à la méthode de collecte. Le développement du gemmage ne pouvant se faire au détriment de la production de bois, Marlène Baudet (CNPF) a présenté une étude menée en collaboration avec Jean-Denis Lanvin (FCBA), visant à montrer les effets du gemmage sur la qualité des bois. L’étude montre que le gemmage n’altère pas les performances mécaniques des bois et qu’il pourrait au contraire les améliorer (en savoir plus sur l’étude).

La conférence a aussi été l’occasion de présenter le Réseau Européen des Territoires Résiniers créé par les membres du projet SustForest+, qui permettra d’assurer une coopération internationale sur ce sujet à la suite du projet. En France, l’IEFC et le CRPF en tant que membres fondateurs et  l’association Gemme la Forêt d’Aquitaine représentée par Cyrille Fournet font partie de ce réseau.

Toutes les communications seront disponibles en ligne sur le site du projet Sust-forest.

Auteur : Armand Clopeau