Optimisation des traits fonctionnels du carbone – Institut Européen de la Forêt Cultivée
Articles Optimisation des traits fonctionnels du carbone

Optimisation des traits fonctionnels du carbone

Optimisation des traits fonctionnels du carbone


Rémi BORELLE (étudiant à l’INRAE, Bordeaux, France) échantillonnant le sol d’une parcelle de Calocedrus decurrens au jardin commun AR-13 (Sarlande) du réseau REINFFORCE.

CARTON (“optimisation des traits de carbone”) est un projet collaboratif coordonné par l’INRAE (projet ANR, 2020-2025). Ce projet vise à identifier les espèces d’arbres européens qui offrent une capacité optimale de séquestration du carbone dans le sol, une croissance rapide des arbres et une adaptation au changement climatique.

Au sein du projet, un work package est spécifiquement dédié à l’étude des relations qui lient les propriétés des espèces (appelées traits fonctionnels) impliquées dans la régulation de la croissance des arbres aux conditions environnementales dans lesquelles ils se développent. En effet, si l’identité des traits fonctionnels qui contrôlent la croissance est relativement bien connue (par exemple, la surface foliaire spécifique ou la densité du bois xylémique), la manière dont leur importance varie en fonction du climat et de la fertilité du sol n’est pas bien comprise.

Afin d’élucider cette question, des données provenant de plusieurs réseaux de sites expérimentaux en Europe et en Amérique du Nord sont utilisées. En particulier, un stage de Master est basé sur le réseau expérimental REINFFORCE.

Au cours du stage, une première étape consistera à visiter plusieurs arboretums (AR13 et, dans une moindre mesure, AR14 et AR16) pour collecter des échantillons d’arbres (feuillage, branches, racines) de 23 espèces(*). Ces échantillons serviront à caractériser les traits fonctionnels des espèces, et à étudier la plasticité de ces traits pour s’adapter aux différentes conditions de site.

Dans un deuxième temps, les données de croissance de l’ensemble du réseau expérimental seront croisées avec les propriétés de chaque arboretum (climat, sol). Il s’agira alors de modéliser la croissance effective des arbres en fonction de leurs traits, en interaction avec les conditions locales.

Les résultats obtenus seront comparés à ceux d’autres réseaux expérimentaux et partagés avec les partenaires de REINFFORCE et les membres de l’IEFC avant la rédaction de quelques articles scientifiques qui associeront tous les contributeurs.

Par : Laurent Augusto (INRAE)

___

(*): Acer pseudoplatanus, Betula pendula, Calocedrus decurrens, Castanea sativa, Cedrus atlantica, Cupressus sempervirens, Eucalyptus nitens, Fagus orientalis, Fagus sylvatica, Larix decidua, Liquidambar styraciflua, Pinus nigra, Pinus pinaster, Pinus sylvestris, Pinus taeda, Pseudotsuga menziesii, Quercus ilex, Quercus petraea, Quercus robur, Quercus rubra, Robinia pseudoacacia, Sequoia sempervirens, Thuja plicata