Arboretums REINFFORCE : Un réseau de sentinelles pour la détection de nouveaux agents pathogènes à l’échelle européenne. – Institut Européen de la Forêt Cultivée
IEFC Newsletter 2021 Mars Arboretums REINFFORCE : Un réseau de sentinelles pour la détection de nouveaux agents pathogènes à l’échelle européenne.

Arboretums REINFFORCE : Un réseau de sentinelles pour la détection de nouveaux agents pathogènes à l’échelle européenne.

Arboretums REINFFORCE : Un réseau de sentinelles pour la détection de nouveaux agents pathogènes à l’échelle européenne.


Entre 2011 et 2013, grâce au projet REINFFORCE du programme Interreg Atlantic Area, une collection de 38 arboretums d’origines  différentes de 32 espèces forestières distinctes a été établie le long de la façade atlantique européenne (de l’Écosse au Portugal). L’objectif était d’observer leur croissance, leur phénologie et l’impact que les différentes maladies et ravageurs pourraient avoir sur eux dans différents climats européens pour connaître leur comportement futur possible. L’idée était, dans le contexte du changement climatique, de substituer la variable de temps à la variable spatiale, étant conscient que le climat futur dans certaines régions européennes sera similaire à celui d’autres  régions du continent actuellement. Au Pays Basque, 5 arboretums ont été créés : un à Albina (Araba), un à Irisasi (Gipuzkoa) et trois à Unbemendi (Bizkaia). Entre 2018 et 2019, il y a eu une forte flambée de maladies causées par le Lecanosticta acicola (mildiou   brun) et dothistroma septosporum et D. pini (feu bactérien de l’aiguille de la bande  rouge) affectant les massifs forestiers de pin radiata (Pinusradiata)  et de pin laricio (Pinus nigra) au Pays Basque.    On a récemment observé que certains des pins plantés dans les arboretums REINFFORCE en euskadi avaient des symptômes de défoliation et de décoloration correspondants à ces maladies. Ainsi entre 2019 et 2020,   une comparaison de la sensibilité à ces maladies des différentes provenances de pin présente dans les arboretums a été menée.

Dans les trois arboretums, entre 3 et 11 origines de chaque espèce de pins avaient été installées, soit un total de 42 origines.  parmis ces provenanes on trouve 4 origines de P. brutia Ten. (Alexandropolis,   Grèce;   Marmaris, Turquie; Taureau, Turquie; var.   Crimée), 2  de P. elliottii Engelm.  (Géorgie, États-Unis; Louisiane, Etats-Unis), 9 par P. nigra Arnold (Cazorla Alcaraz,  Espagne;  Les Barnes Sivens, France; Système Ibérique Méridional, Espagne;   Slogne Vayriéres, France; subsp.  laricio var.   corsican, verger d’arbres à graines  de Haute Serre, France; subsp.  salzmannii, Soria, Espagne; subsp.  laricio var. Calabrica, Les Barnes-Sivens, France; subsp.  salzmannii – ES07b – Système Ibérique Méridonal, Sud de Cuenca, Spain), 7 par P. pinaster Ait. (Cordal de Loba, Espagne; Leiria, Portugal;  Mimizan, Landes, France; Picard, Lande Corse, France; Serrania de Cuenca, Espagne; Sierra de Gredos, Espagne; Tamjout, Maroc), 6 par P. pinea L. (Italie; Région méditerranéenne, France; Vallées de Tietar  et d’Alberche, Espagne; Vendas Novas, Portugal; ES A – Biar – Espagne; Malaga – Espagne), 3 par P. ponderosa Douglas ex C. Lawson (Oregon, États-Unis; Southern Rockies, États-Unis; Californie centrale, Etats-Unis), 8 P. sylvestris L. (ES10 – Sierra de Guadarrama – Espagne; 5, Severozapadna – Slovaquie; Turquie;  Pinhal da Pedra Bela – Portugal; Ecosse – Royaume-Uni (204);  Taborz, Polland Haute Serre – French Seeds Orchard; ES12 – Montes Universales – Espagne; Haguenau Vayriere – France) et 3 par P. taeda L. (Hardiness Zone Georgia Seed Orchard – Etats-Unis; Californie du Sud – États-Unis; Virginie – États-Unis).

Les arbres ont fait l’objet d’une inspection visuelle au printemps 2019-2020 à la recherche de symptômes. Des échantillons d’aiguilles ont été prélevés et des isolements ont été effectués, dans la mesure du possible. Des analyses moléculaires des arbres présentant des symptômes et des arbres qui ne les présentaient pas ont été effectuées et des tests PCR (PCR, RTPCR et séquençage) ont été lancées pour déterminer la présence  de L. acicola, D. septospurum et D. pini. Au total, 113 pins présentaient des symptômes de la maladie; 42 à Albina, 18 à Irisasi et 53 à Umbemendi. P. ponderosa était de loin l’espèce ayant les détections les plus positives (68%) suivi de P. brutia (38%), P. nigra (12%) P. elliottii (7,7 %). P. pinaster, P. pinea, P. sylvestris et P. taeda n’ont eu aucun symptôme dans les trois arboretums. Sur les 113 arbres échantillonnés, 23 ont donné un résultat positif au test de dépistage de L. acicola ou D. septosporum.

Contrairement aux résultats précédents, pas plus d’une espèce pathogène n’a été trouvée infectant un arbre. Eugenia Iturritxa, Nebai Mesanza et Monica Hernandez rapportent que la  détection de Lecanosticta acicola sur Pinus brutia (Alexandropolis, Grèce et var. Eldarica, Crimée), est la première observation  de cet agent pathogène sur cette hote à l’échelle mondiale. Pour la première fois en Espagne, L. acicola a été trouvé à P. elliottii (Géorgie, Etats-Unis) P. ponderosa (Californie centrale, Etats-Unis).  Dothistroma septosporum a été trouvé à P. brutia (Marmaris, Turquie), P. ponderosa (Oregon, Etats-Unis) P. nigra (Slogne Vayriéres, France). Ces résultat démontrent que les arboretums REINFFORCE sont des outils précieux en tant que sentinelles pour détecter les ressources forestières sensibles aux nouveaux agents pathogènes ainsi qu’aux agents pathogènes existants comme proposé dans le projet HOMED. À la lumière de ces résultats, il est possible de commencer à choisir les origines d’espèces d’intérêt dans lesquelles les maladies ne peuvent pas compromettre leur développement dans différentes régions européennes.

par: Dr. Ander Arias Gonzales (NEIKER)